Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

La vie en AA... A?

La vie en AA... A?

 Email

La réalité sait être brutale et le monde impitoyable. Voici que, tout à coup, ces deux entités portent sur la collectivité un regard critique. Plus encore, les voici qui jugent et déclarent que tel est digne de confiance tandis que l’autre ne l’est pas ou l’est moins, que tel est vertueux alors que tel autre s’est laissé entraîner dans une facilité oublieuse. Et c’est ainsi que, sans l’avoir demandé, le collectif se retrouve dans la situation de l’évalué et, par voie de conséquence, du félicité ou du sanctionné. Que le jugement prononcé soit neutre ou biaisé, qu’il soit fiable ou sujet à caution, finalement c’est de peu d’importance. Le seul fait qu’il existe modifie les choses. Les lignes bougent et les membres du collectif concerné en pressentent déjà les effets. Qui aurait pu donc penser que l’accumulation d’instants d’insouciant bonheur pouvait un jour se solder par une vie dégradée ?

D’une certaine manière, tout se passe comme si nos actes, notre façon de vivre étaient soumis au regard d’autrui, par nature extérieur et donc plus objectif que celui que nous portons sur nous-mêmes. « Sache ce qui est au-dessus de toi », enseignent nos Sages, « un œil qui voit, une oreille qui entend et toutes tes actions sont inscrites dans le livre. » Jusqu’ici, cette idée pouvait ne sembler être qu’une sorte de mise en garde générale et largement théorique. Il fallait sans doute beaucoup de foi pour parvenir à ressentir la présence permanente d’un témoin de nos actions, se transformant en juge à l’issue du processus. Aujourd’hui, voici que nous vivons très concrètement cette réalité. Et cette soudaine, et inéluctable, prise de conscience est loin d’être agréable. Il en est toujours ainsi avec le regard que l’autre porte sur nous. Il a ce pouvoir d’arracher le voile complaisant dont nous pouvions couvrir nos petits arrangements. Il remet tout en cause, car il nous renvoie à nos propres choix sans nous laisser la moindre échappatoire.

Et s’il y avait là un enseignement précieux ? Si, au-delà des conséquences matérielles, par nature passagères, tout cela était porteur d’une leçon pérenne... Peut-être est-ce aussi cette idée qu’il nous appartient de retenir ? Alors sachons-le : nos actes existent en dehors de nous-mêmes et vont probablement plus loin que ce que nous pouvons généralement percevoir. Quels qu’ils soient, manifestement importants ou apparemment anodins, ils modèlent une part de notre avenir et parfois l’orientent. Et tout cela n’est pas vrai uniquement dans un sens indésirable. Au contraire, ça l’est encore davantage dans celui de l’espoir et du positif tant il est vrai que le bien l’emporte toujours. Un acte... pour un monde de Bien.

par Haim Nisenbaum
Le Rav Haim Nisenbaum est le porte-parole du Beth Loubavitch de Paris, rabbin de la synagogue Beth Haya Mouchka et le responsable des émissions religieuses à "Radio J" à Paris.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
1000 Caractères restants
Notifiez-moi lors de la publication de nouveaux commentaires