Contact

Qu’est-ce qu’une Mitsva ?

Qu’est-ce qu’une Mitsva ?

Être connecté

 Email
(Sephardi : miṣwā ; Ashkenazi : mitsvā) מצוה Racine : צוה
Pluriel : מצות Mitsvot
Mots liés : צוה tsivah – il a commandé ;
צוותא tsavta – un rapport, un lien


Que sont-elles ?

Le sens simple du mot Mitsva est commandement. Il apparaît sous différentes formes avec ce sens environ 300 fois dans les Cinq Livres de Moïse. Le Talmud1 mentionne que le peuple juif reçut 613 Mitsvot lors de la révélation au mont Sinaï, et de nombreux codes – en particulier le Sefer HaMitsvot de Maïmonide – en donnent des listes détaillées. Ces commandements incluent des actes aussi divers que d’avoir des enfants, déclarer l’unicité de D.ieu, se reposer le septième jour, ne pas manger de porc, mettre les Téfilines sur le bras et la tête, construire un Temple à Jérusalem, nommer un roi, obéir aux sages et accorder un prêt sans intérêts. Vous pouvez consulter nos Mitsva Minutes pour voir quelques exemples pratiques de Mitsvot.

Dans le langage commun, une Mitsva signifie souvent « une bonne action » – comme dans « Fais une Mitsva, va donc aider Mme Goldstein à porter ses paquets. » Cet emploi du terme est très ancien – le Talmud de Jérusalem appelle tout acte charitable « la Mitsva ».

Le mot Mitsva est souvent rapproché au mot araméen tsavta2 qui signifie attacher ou joindre. Tsavta peut aussi signifier compagnie3 ou attachement personnel.4 Dans ce sens, une Mitsva relie la personne qui est commandée à Celui qui commande, établissant une relation et un lien essentiel.5

Les trois sens peuvent eux-mêmes être groupés ensemble. Le « bien » est défini comme ce que le Créateur de l’univers veut voir accompli dans Son univers, et, en faisant ce que le Créateur veut voir accompli, nous sommes reliés à Lui en nos corps, esprits et âmes.

À quoi servent-elles ?

Tout le monde est d’accord sur le fait que D.ieu n’a pas commandé des gestes arbitraires « pour la forme ». Les Mitsvot sont une source de bienfaits concrets pour la personne qui les accomplit autant que pour le monde entier.

Le ‘Hinoukh, important ouvrage d’un auteur anonyme écrit en Espagne au 13ème siècle, est la présentation la plus complète des Mitsvot dans ce rôle de constituer une sorte de thérapie cognitive comportementale pour l’espèce humaine. « Les attitudes sont modelées, écrit l’auteur, davantage par ce que les gens font que par ce qu’ils pensent. » L’œuvre décrit exactement quelles attitudes sont affectées, et de quelle façon, par chaque Mitsva.

Les kabbalistes de Tsfat au 16e siècle, en particulier Rabbi Yits’hak Louria (« le Ari »), ont décrit les Mitsvot comme un système de guérison cosmique. Les Mitsvot sont des mécanismes qui interviennent dans la machinerie du cosmos pour le réparer, le réorganiser en un état harmonieux à même de recevoir une lumière divine infinie. Dès lors, ce sont nos Mitsvot qui sont finalement responsables de la préparation du monde à l’ère messianique, une époque où il sera possible d’accomplir pleinement toutes les Mitsvot, en leur contexte idéal, et où le monde sera rempli de lumière divine « comme les eaux couvrent le bassin océanique. »6

Néanmoins, les Mitsvot ne peuvent pas être réduites à des outils permettant d’atteindre un but donné, fût-ce l’ultime perfection de l’univers. Si elles n’étaient rien d’autre qu’un simple moyen de parvenir à une fin, elles ne constitueraient pas le plus profond désir de D.ieu. En réalité, l’acte même d’une Mitsva est une fin en soi. Ainsi la Michna déclare-t-elle que, malgré toutes les choses magnifiques qu’une Mitsva apporte à la personne et au monde, en fin de compte « la récompense de la Mitsva est la Mitsva elle-même. »7 En accomplissant une Mitsva, vous et votre monde êtes un avec D.ieu Lui-même.

Qu’en est-il des choses qu’Il ne nous a jamais demandé de faire ?

Bien que le terme Mitsva semblerait s’appliquer seulement aux activités qui nous été expressément commandées, le terme s’applique également aux sept Mitsvot rabbiniques :

  1. Se laver les mains pour manger du pain.
  2. Les lois de Erouv.
  3. Réciter une bénédiction avant de consommer un aliment ou avant tout autre plaisir.
  4. Allumer les bougies de Chabbat.
  5. Célébrer Pourim.
  6. Célébrer ‘Hanouccah.
  7. Réciter la prière de louange nommée Hallel à certaines occasions.

Pour toutes ces Mitsvot (à l’exception évidente de la troisième), il y a des bénédictions qui commencent exactement comme celles dites pour une Mitsva commandée par la Torah : « Béni es-Tu, Eternel notre D.ieu, Roi de l’univers, qui nous a sanctifiés par Tes commandements, et nous a commandé... »

Après tout, la Torah nous ordonne explicitement d’écouter les Sages. Les rabbins du Talmud vont encore plus loin et affirment que les lois rabbiniques sont plus précieuses encore à D.ieu que Ses propres commandements.8 Les expressions les plus profondes de la volonté divine sont les actions qu’Il ne nous a pas expressément prescrites, mais que les communautés juives ont déduites à travers l’étude et la célébration de Sa Torah. Il en va de même des précautions, coutumes et embellissements qu’on appelle Hidour Mitsva.

Concrètement...

Une société basée sur les Mitsvot est une société de gens instruits et actifs, car on ne peut accomplir des Mitsvot les avoir d’abord étudiées. Chaque juif a le devoir de participer à l’étude continuelle des Mitsvot et de leurs nouvelles applications à mesure qu’elles apparaissent. Lorsqu’une question est soulevée au sujet de l’usage pendant Chabbat de nouvelles technologies, sur la cacherout d’un nouveau type de nourriture ou sur de nouvelles méthodes d’amélioration de la fertilité, il revient à la personne concernée de demander à ceux qui en savent plus de l’instruire, et il appartient à ceux qui en savent plus de débattre du sujet et de déterminer les règles et la jurisprudence correspondantes jusqu’à arriver à une résolution légale. De cette manière, il existe un flux constant de connaissance au sein de la société.

D’autre part, il est difficile de maintenir la pratique des Mitsvot à son meilleur niveau sans une source renouvelable d’inspiration. Les Mitsvot accomplies avec joie et enthousiasme élèvent la personne un cran au-dessus du monde et ont un impact immensément plus fort sur son environnement. Là encore, la clé est l’étude et la participation communautaire.

NOTES
1.
Makot 23b.
2.
Voir Talmud, Baba Metsia 28a.
3.
Voir Talmud, Berakhot 6b : « Le monde entier a été créé uniquement pour accompagner celui-ci », et Soukah 52a : « Le chemin est long et notre compagnie est douce... »
4.
Voir Talmud, Baba Batra 80a : « L'oiseau mère sera attachée à l'oiseau fille... »
5.
Voir Pri Ets ‘Haïm, Shaar Loulav ouMinav 3 : « Yetsaveh… accompagner… » Shelah, Assarah Maamrot, Maamar Shlishi ouRevii : « Mitsva, c'est-à-dire tsavta, c'est-à-dire compagnie. » Ibid., Torah Shebeal Peh, Massechet Yoma, Derech Chaim 16 : « Car une Mitsva est l'unification de tout Atsilout... du terme tsavta... accompagner... » Torah Or (Rabbi Chnéour Zalman de Lyadi), Genèse 6b : « “et Il nous a commandé”, du terme tsavta et lien avec la Lumière Infinie, source des mitsvot en haut... »
6.
Isaïe 11,9.
7.
Éthique des Pères (Pirkei Avot) 4:2.
8.
Voir Talmud, Sanhédrine 88b ; Talmud de Jérusalem, Sanhédrine 11:4.
par Tzvi Freeman
Rav Tzvi Freeman vit à Toronto, Canada. Il est l’auteur de nombreuses traductions et synthèses de la pensée kabbalistique et ‘hassidique, parmi lesquels « Bringing Heaven Down to Earth. »
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
4 Commentaires
1000 Caractères restants
Boyanova Sèvres 11 septembre 2014

Remerciements Je remercie D.ieu et tous qui nous proposent des lectures et des indications sur les chemins. Je suis une débutante, quoique âgée. Mais mes réactions instinctives correspondent à tout ce que j'apprends. Mes parents m'ont montré ce que j'appelais habitudes, ils m'ont imposée ce que j’appelais bases du comportement. Cela m'a guidée et donnée la confiance, je n'ai pas peur et j'ai la confiance. Il faut savoir qu'à part la responsabilité nous avons de la liberté! Reply

Miriam Montreal 26 février 2014

traduction Je vous remercie bien sincerement de ces traductions.

bien que je lis l'anglais et que je connais les ecrits du Rabbin Freeman (je le connais aussi personnellement) je suis tres contente de pouvoir les lire en francais, ainsi que les textes des autres auteurs

Mais pour donner credit la ou il faut j'aimerais bien connaitre qui fait les traductions - tres bonnes traductions d'ailleurs. Reply

Chriqui Paris, France 26 janvier 2012

Merci pour tout Reply

El mouchir Aziz 23 janvier 2012

Dieu est grand Très joli texte, plein de bon sens. Que Dieu guide les âmes de cette génération à s'appliquer à toute Bonnes actions. Paix. Reply

Cette page en d'autres langues