Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Que retirer de la mort de Ben Laden?

Que retirer de la mort de Ben Laden?

 Email

Dix ans après avoir semé la terreur, la mort et la destruction, l’infâme Ben Laden, l’ennemi public numéro un « wanted dead or alive » dont la tête avait été mise à prix 25 millions de dollars, s’invite de nouveau dans nos vies, cette fois-ci pour faire sa sortie dramatique.

Remettons-nous dans le contexte de l’époque. Quel âge aviez-vous il y a dix ans ? Où étiez vous, que faisiez-vous ce 11 septembre 2001, lorsque vous avez appris la nouvelle, avant d’aller rester scotché à un écran et revoir en boucle les images hallucinantes de ces avions qui disparaissaient à l’intérieur de ces immenses buildings dans une boule de feu. Puis l’effondrement des tours et Manhattan plongé dans le chaos. Qui n’a pas pensé à la destruction de Sodome en voyant cette île enfumée ? « Terre de soufre et de sel, partout calcinée... » (Deutéronome 29, 22) Et ces pauvres gens suspendus aux fenêtres de leur bureau pour échapper aux flammes, et qui finissaient par se jeter dans le vide. Et ces pompiers héroïques qui gravirent des dizaines d’étages, pour finir broyés dans les décombres. Et ces êtres hagards, recouverts de poussière blanche, qui avançaient en titubant entre les voitures abandonnées en pleine rue. Ces images traumatisantes resteront gravées dans l’esprit de tout celui qui a vécu cette journée.

Et Ben Laden, l’ignoble, l’abject Ben Laden qui déclarait quelque semaines plus tard : « Les opérations ont réussi au-delà des mes espérances les plus optimistes. »

L’exigence de justice est un commandement divin universelÀ la stupeur, au désarroi et à la douleur – à la « terreur » – succéda naturellement la colère. Les gens étant désormais conscients qu’ils étaient tous des cibles potentielles de ce Ben Laden et de son réseau terroriste, de par le simple fait qu’ils ne partageaient pas son fanatisme.

S’ensuivirent une guerre, deux guerres, le régime sanguinaire des talibans renversé, le sinistre Saddam Hussein capturé, jugé, pendu...

Mais Ben Laden s’était évanoui dans la nature et est demeuré introuvable, pendant dix ans.

Dix ans, c’est long. Pour les jeunes d’aujourd’hui, c’est la moitié, le tiers de leur vie.

Ainsi, au fil des années, Ben Laden est passé de l’actualité brûlante à l’histoire, entrant dans les manuels scolaires à défaut d'entrer en prison.

Mais de nouveaux attentats, d’autres prises d’otages orchestrées par son réseau nous ont rappelé que lui et ses sbires étaient encore à l’œuvre.

Lui demeurait introuvable, et impuni. Beaucoup avaient fini par penser qu’il ne serait jamais arrêté. Des milliers de personnes avaient connu une mort atroce, d’autres étaient mutilées à vie, des centaines de milliers d’emplois avaient été perdus, les contrôles de sécurité sont devenus draconiens, engendrant d’énormes coûts et des pertes de temps considérables. Et Ben Laden était en liberté, à fomenter de nouveaux crimes, se riant de cette « première puissance mondiale » que son équipe d’assassins avait mise à genoux, armée de simples cutters.

Le monde n’est pas à l’abandon, mais est bien régi par un Juge SuprêmeCertes, nous ne devrions jamais désespérer de la justice divine, ni dans nos vies personnelles, ni dans les affaires du vaste monde. C’est un principe essentiel de notre foi, parmi les Treize Principes énoncés par Maïmonide, de croire que D.ieu récompense et punit les êtres humains en fonction de leurs actions.

Toutefois, la justice divine n’est pas toujours apparente à nos yeux. Elle transcende souvent le temps et l’espace. Et c’est bien pour cela qu’elle requiert de la foi.

Rabbi Chalom Dov Ber Schneerson, le cinquième Rabbi de Loubavitch (1860-1920), dit un jour lors d’une conversation :

« Il y a deux sortes de sots. L’existence est une roue qui tourne. Il y a celui qui est assis au sommet de la roue et qui rit, celui-là est un sot. “Idiot ! lui dit-on. Pourquoi ris-tu ? Ne sais-tu pas qu’il s’agit d’une roue ?” Et il y a celui qui est assis sous la roue, écrasé par la roue, et qui pleure. Lui aussi est un sot. “Pourquoi pleures-tu ? Ce n’est qu’une roue, et la roue tournera...” »

Que l’on soit en haut ou en bas de la roue aujourd’hui, nous devons nous rappeler qu’il existe une justice divine. Celui qui a profité de sa haute situation, de ses richesses et de ses ressources pour faire du mal, tôt ou tard tombera de haut. Celui qui aura fait du bien trouvera appui et soutien en temps de détresse. Et celui qui aura fait du bien dans la difficulté verra ce bien l’accompagner et le guider lorsque la roue le fera remonter.

La conscience de cela nous engage à être justes à notre tour. L’exigence de justice est un commandement divin universel, partie intégrante des Sept Lois noa’hides. C’est lorsqu’il met celui-ci en pratique que l’être humain est à l’image de D.ieu.

Et voici qu’au bout de dix ans, on nous annonce la mort d’Oussama Ben Laden, de la main des soldats américains venus l’arrêter. Après toutes ces années, l’archi-terroriste a été mis hors d’état de nuire. Ainsi, de même que nous avions tous été témoins des atrocités qu’il avait commanditées, nous avons eu le privilège de voir aujourd’hui la justice divine à l’œuvre.

Puissions-nous à cette occasion nous renforcer dans notre foi en la justice divine en général, dans la conscience que le monde n’est pas à l’abandon, mais est bien régi par un Juge Suprême, et mériter par cela la réalisation de la promesse divine de la délivrance messianique, lorsque s’accomplira la prophétie :

Et lui (Machia’h) sera un juge entre les nations, et le précepteur de peuples nombreux.

Et ceux-ci de leurs glaives forgeront des socs de charrue et de leurs lances des serpettes. Une nation ne tirera plus l'épée contre une autre nation, et on n'apprendra plus l'art des combats.

Isaïe 2, 4

Plus de méfaits, plus de violences sur toute ma sainte montagne ; car la terre sera pleine de la connaissance de D.ieu, comme l’eau abonde dans le lit des mers.

Isaïe 11, 9

par Emmanuel Mergui
Emmanuel Mergui est éducateur et membre du comité éditorial de Fr.Chabad.org
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
2 Commentaires
1000 Caractères restants
MARTINE PO golfe juan, france via habadantibes.com 10 mai 2011

Il est mort? Certes fit-on mais qui a vu son cadavre? Nous voyons des horreurs tous les jours par les films, les journaux et tv et dit-on il était trop affreux et il ne fallait pas qu'il soit vu pour ne pas en faire un martyr, mais qd il exterminait les gens nous avions l'honneur de voir cela à la tv et autres ; alors voir son cadavre ne devrait pas faire de peur ni de voyeurisme, mais cela aurait permis au monde de voir cet individu mort sinon on ne croit que ce que l'on voit du moins c'est pour moi qui suis quand même sceptique et les autres doivent en penser pareil? Reply

arfi guy juan les pins, france via habadantibes.com 6 mai 2011

Que retirer de la mort de ben laden ?
Un impie et impur hors service.
hachem finit par régler le sort des rachaim.
Et venger les justes.
Tôt ou tard hachem punit et venge son peuple.
Il est toujours à souhaiter que soient anéantis les méchants qui ont des dessins néfastes à l’égard du peuple juif et des ennemis du pays d’israël.
Espérons qu’achem très vite achève tous ceux qui nous veulent du mal et redresse la corne d’israël en le plaçant à la tête des nations.
N’êtes-vous pas d’accord mon cher ? Reply