Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Est-il immoral d’être en surpoids?

Est-il immoral d’être en surpoids?

 Email

Question :

En tant que coach fitness, je me pose la question : la santé et la forme ont-elles une place dans le Judaïsme ? Il semble que le monde laïc encourage une vie saine bien plus que ne le fait le monde juif. J’entends des rabbins parler de sujets spirituels, mais j’ai du mal à les écouter s’ils sont eux-mêmes en surpoids. Le bien-être physique n’a-t-il pas d’importance ?

Réponse :

La balance du mérite ne se trouve plus au ciel, mais ici bas, sur le sol de la salle de bain Dans notre monde moderne, nous considérons la santé comme la nouvelle moralité. Le bien et le mal se mesurent désormais en calories. Mon paquet de céréales m’invite à « goûter aux bienfaits » – non plus moraux, mais nutritionnels. La balance du mérite ne se trouve plus au ciel, mais ici bas, sur le sol de la salle de bain, et le jugement quotidien est prononcé en kilos et en grammes.

Tout ceci tient la route dès lors que l’on considère l’être humain comme un corps sans âme. Si nous nous résumons à de la chair, la santé devient l’idéal le plus élevé. Mais dans la perspective juive, l’âme est notre véritable être, et le corps est son véhicule. Le corps et sa santé sont importants uniquement parce qu’à travers eux, nous exprimons notre être supérieur. Plus encore, tant que notre corps abrite notre âme, il est un cadeau de notre Créateur dont nous devons faire usage pendant notre séjour en ce monde. Et puisqu’il, nous est prêté et de ce fait ne nous appartient pas vraiment, nous devons toujours le traiter avec respect.

Le grand penseur juif, Maïmonide, écrivit au 12ème siècle :

« Veiller à la santé et au bien-être du corps est un des moyens de servir D.ieu. »

Et il explique immédiatement pourquoi :

« On est incapable de penser clairement et de comprendre la vérité si l’on est souffrant. »

Si votre esprit est embrumé, vous pourriez manquer de clarté morale pour distinguer ce qui est bien. Occupé à combattre votre maladie, l’énergie nécessaire pour combattre les maux du monde pourrait vous faire défaut. C’est pour cette raison que nous devons prendre soin de notre corps. Un corps sain n’est pas en soi le but de notre existence ; il nous aide à atteindre ce but. Il est un véhicule que nous transporte vers le bien, mais il n’est pas lui-même la destination.

La tradition juive ne justifie en rien d’être mal portantLa tradition juive ne justifie en rien d’être mal portant. Au contraire, elle donne la meilleure raison d’être en bonne santé : la vie a un sens et un but, et chaque jour est précieux. Et c’est seulement si la vie a un sens qu’elle mérite qu’on prenne soin d’elle. Les risques associés aux excès de cholestérol, de tabac et de stupéfiants n’inquiètent que ceux pour qui la vie est une valeur importante. La menace d’une espérance de vie plus courte ne signifie rien à quelqu’un qui considère que la vie est vaine.

Nous sommes la génération la mieux portante de l’histoire récente, et notre espérance de vie atteint des proportions bibliques. Cela signifie que nous avons plus de temps et d’énergie pour accomplir notre mission, pour élever notre coin du monde, et faire pencher la balance du côté du bien véritable.

par Aron Moss
Le Rav Aron Moss est le rabbin de la Nefesh Community à Sydney en Australie et contribue fréquemment à Chabad.org.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
3 Commentaires
1000 Caractères restants
AFl Strasbourg 9 février 2016

Personnellement je suis en surpoids et je ne m'aime pas ainsi ! Il y a des raisons: antécédents, mal-être, cortisone...
J'aimerais maigrir. Je constate que je n'y arrive que lorsque j'ai une vie équilibrée, sans trop de coups durs. Alors c'est mon âme bien nourrie et fortifiée spirituellement qui arrive à dominer les mauvais instincts, les mauvaises habitudes prises au fil du temps. D'où l'importance de l'étude, de la vie communautaire et de la prière pour arriver à un résultat positif et pour contribuer à l’œuvre de restauration de la belle création qu'a désirée HaShem en me créant. Reply

mili france 20 octobre 2013

perso, je suis en sur-poids et je me sens en effet un peu mal dans ma peau!
j'ai tendance à manger par ce que je cherche à combler un manque en moi..
qq m'a conseillé de chercher au fond de moi, pq je mange? et régler le problème à sa base! à vous d'essayer.. :) Reply

Anonyme luxembourg, Luxembourg 5 mai 2011

La question en ces termes suggère qu'il y ait déjà une possibilité qu'un homme pieux en sur-poids c'est d'emblée incompatible et pervers.
La piété pré-supposerait-elle donc l’ascétisme et le renoncement alors que la Thora nous commande partout de faire honneur aux biens de ce monde et de jouir dans la joie des bonnes choses que D.ieu a créé pour nous ?
Les non-pratiquants pensent qu'un homme pieux a l'obligation absolue d'être parfait, un "saint-homme" sans aucun défaut sous peine de se retrouver cloué au pilori.
C'est oublier qu'un homme pieux est avant tout un homme, donc imparfait, et qu'il a le droit comme tout homme d'avoir aussi des faiblesses et des défauts.
Sa piété démontre simplement son attachement à D.ieu et à la pratique des mitsvoth.
Si le sur-poids peut avoir de multiples causes, si c'est souvent une souffrance, parfois une humiliation, ça peut être une réparation.
Cela peut être aussi révélateur de la présence d'une plus grande âme qui a besoin de plus de place. Reply