Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Imprimé de fr.chabad.org
Contact

Faut-il les haïr?

Faut-il les haïr?

Comment réagir face au terrorisme?

 Email

Nombre d'entre nous s’interrogent sur ce qu’il convient de ressentir envers des terroristes qui n'ont aucun scrupule à massacrer des innocents en grands nombres. Devrions-nous les prendre en pitié au motif que des chefs religieux démagogiques les ont manipulés et endoctrinés pour perpétrer ces tueries ? Ou bien devons-nous les haïr pour l'horreur, la peur et le chaos qu'ils instillent dans nos vies ?

La haine est une notion très forte et il existe le camp de ceux qui pensent qu'éliminer la haine – à commencer par la nôtre – fera du monde un endroit bien meilleur à vivre. Pourtant, il n'y a pas de raisonnement plus faux que celui-ci. Tous les attributs humains peuvent avoir un bon ou un mauvais visage. Un amour inapproprié, par exemple, est une force terriblement destructrice : imaginez une épouse qui reste fidèle à un mari pédophile et ne le dénonce pas par amour pour lui. Toutefois, quand l'amour est convenablement orienté, il est l’une des plus puissantes forces positives et constructives dont dispose l’humanité.

Il en est de même pour la haine. Le peuple juif est malheureusement familier des conséquences d’une haine insensée. L'été dernier et comme chaque année à la même période, nous avons observé trois semaines de deuil intensif pour commémorer la destruction du Saint Temple à Jérusalem et la déportation d’Israël de sa terre qui s'ensuivit il y a de cela presque deux mille ans. D'après nos Sages, ce fut la haine « gratuite » (sinat ‘hinam) qui engendra la destruction du Temple et marqua le début de notre interminable galouth (exil).1 Il est évident qu’une haine irrationnelle et sans objet est une force essentiellement néfaste. Cela ne signifie toutefois pas que toute haine soit nécessairement mauvaise. Il arrive que la haine soit tout à fait à propos et il existe même certaines choses que nous avons le devoir de haïr. Le roi David avait lui-même déclaré au sujet de mauvaises personnes « Je les hais d’une haine absolue. »2

Dès lors que l’on commence à « comprendre » le mal et ses causes, on devient vulnérable à son influence.La logique derrière cela est profonde. Étant donné qu’il est dans la nature humaine de s’éloigner des gens et des choses que l’on déteste, il s’ensuit que le meilleur moyen de se tenir à distance du mal est de le haïr. D’autant qu’une attitude ambivalente envers le mal peut aisément conduire à éprouver de la sympathie pour ce dernier : dès lors que l’on commence à « comprendre » le mal et ses causes, on devient vulnérable à son influence.

D’un autre côté, il faut savoir que même une « bonne » haine peut également s’avérer dangereuse. Notre haine se doit d’avoir un objectif constructif qui la motive et la contrôle. Si nous devions être consumés par la haine au point d’en être totalement submergés, cela signifierait que, d’une force précieuse et constructive, elle sera devenue une impulsion aveuglément destructrice.

Lorsque la haine devient passionnelle, elle dépasse les limites et devient mauvaise.C’est bien en cela que les terroristes se fourvoient. Il y a, certes, de nombreux aspects négatifs au sein des sociétés occidentales que l’on peut légitimement détester, combattre, et s’efforcer d’en dénoncer la nature destructrice à travers la communication. De tels sentiments d’aversion peuvent engendrer une motivation à combattre résolument ces traits négatifs. Mais si on donne libre cours à cette haine jusqu’à ce qu’elle devienne passionnelle – comme le font les terroristes –, alors celle-ci franchit les limites et devient mauvaise.

Notre réponse au fléau du terrorisme doit être implacable. Pour pouvoir le combattre efficacement, il nous faut le haïr, lui et ceux qui le mettent en œuvre. Le défi qui s’offre à nous, cependant, est de ne pas laisser cette antipathie légitime s’emparer de nous et nous consumer au point de se transformer en force négative.

NOTES
1.
Talmud Yoma 9a.
2.
Psaumes 139,22.
par Levi Brackman
Rav Levi Brackman est le directeur de Judaism in the Foothills et l’auteur de nombreux articles sur les sujets d’actualité.
Au sujet de l’artiste : Sarah Kranz illustre des magazines, des webzines et des livres (dont cinq livres pour enfants) depuis qu’elle a été diplomée du Istituto Europeo di Design de Milan en 1996. Elle a travaillé pour des clients prestigieux tels que le New York Times et le Money Marketing Magazine de Londres.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
1000 Caractères restants
Notifiez-moi lors de la publication de nouveaux commentaires
Trier par:
Discussion (12)
22 mai 2014
Sina
Bonjour,

vous concluez que la réponse adéquate à ceux qui nous haïssent c'est de les haïr à notre tour.

Je ne partage pas du tout votre point de vue.

La haine des peuples contre le peuple juif est un midah kenegued midah de la sinat 'hinam existant à l'intérieur même du peuple juif.
La seule solution valable pour contrer ceux qui nous haïssent, c'est donc de renforcer notre amour vers nos frères juifs, resserrer nos liens et combattre la sinat 'hinam (interne au peuple juif) qui nous gangrène.

Haïr à notre tour celui qui nous hait (fût-il terroriste) c'est montrer que l'on a rien compris au message du Ribono Chel 'Olam.
Franck Lambez
Paris
14 novembre 2013
Détruire le mal
Effectivement, pour détruire le mal, il faut avoir la volonté de le détruire.

Et pour l'éradiquer totalement, il faut le haïr.

Pour sortir de ce qui semble être un paradoxe, il faut savoir que la Torah distingue deux sortes de "méchants".

Il y a ceux qui pensent faire du bien en faisant du mal. Même s'ils sont plus ou moins conscients que ce qu'ils font est mal, ils ont le sentiment (erroné mais réel) que c'est justifié, au nom de quelque bonne cause. Ceux-là représentent la majorité et, bien sûr, l'attitude qu'ils convient d'adopter vis-à-vis d'eux est de tenter dans la mesure du possible de leur faire prendre conscience de la vérité (tout en se protégeant de leurs méfaits, évidemment).

Et puis il y a ceux, très minoritaires mais tellement, tellement néfastes, qui font le mal pour faire le mal, en ayant parfaitement conscience que c'est du mal. L'archétype de ces méchants assumés est Amalek, dont il est dit: "Il sait qui est son maître (le Maître de l'Univers), et il Lui est volontairement rebelle." Voir, à son propos Exode 17,8-17.

Dans cette catégorie, on peut aisément ranger les nazis, ou ceux qui envoient cyniquement les enfants de leur peuple massacrer les enfants d'un autre peuple par pure haine.

Ces êtres que l'on peut difficilement qualifier d'humains ont perdu toute trace de bien et ne vivent que pour le mal. Il est illusoire de chercher à leur faire entendre raison au nom de quelque étincelle de bien qui demeurerait en eux. Celle-ci est éteinte depuis bien longtemps. Au contraire, toute tentative d'apaisement les renforce dans leur cheminement meurtrier. L'Histoire retient cette démarche vaine sous le nom d'"esprit de Munich", évoquant la conférence de Munich ou les gouvernants français de l'époque se targuaient d'avoir "sauvé la paix" en brandissant un accord signé de la main d'Hitler. Las, cet accord n'avait pas plus de valeur que celui de la feuille de papier sur laquelle il était écrit. La suite est connue.

C'est pourquoi, dans la vision messianique du Judaïsme, toute l'humanité trouvera sa place dans une paix et une harmonie universelles, car tous les doutes seront dissipés et le bien apparaitra en évidence aux yeux de tous, de sorte que personne ne fera plus de mal par égarement.

Mais, pour cette même raison, ceux qui seront animés de l'esprit d'Amalek, une petite minorité, revendiquera le combat du mal contre le bien, et finira alors dans son ultime défaite sa mission en ce monde: démontrer l'existence du Bien absolu de D.ieu en l'attaquant dans une pulsion de mal absolu.

Voir Deutéronome 25,17 et Nombres 24,20.
Emmanuel Mergui, pour Chabad.org
14 novembre 2013
La haine débouche sur la volonté de détruire, sur le mal.
Alors Emmanuel Mergui, cet article n'est pas clair du tout. Car il confond haine de certains actes et haine des personnes. Comme vous le rappelez, chaque personne a vocation a exister et à faire le bien.
elisseievna
14 novembre 2013
LA HAINE A-T-ELLE UNE PLACE DANS LE JUDAISME?
En complément de l'article ci-dessus, voici quelques éléments.

La haine est un sentiment de rejet extrême, de total exclusion. Haïr quelqu'un ou quelque chose revient à ressentir que cette chose n'a pas de place dans la réalité. Or, si D.ieu a créé telle chose ou telle personne, c'est bien parce qu'elle a vocation à exister et à contribuer au monde le bien qu'elle recèle en potentiel. Dès lors, quand on est confronté au mal chez autrui, l'attitude à adopter doit être positive, dans le sens de l'aider à surmonter son mauvais penchant pour pouvoir l'amener à exprimer le bien qui est en lui. C'est une approche qui est au cœur de la doctrine 'hassidique et qui s'applique à tous les être humains.

Toutefois, cela ne signifie pas que la haine soit exclue. On voit que D.ieu exprime Lui-même une haine vis-à-vis de certaine choses, et nous enjoint de partager cette haine. Ce sont essentiellement des conduites immorales ainsi que l'idolâtrie, toutes choses qui reviennent à nier la réalité divine du Bien absolu, comme il est dit dans Proverbes 6,16-19: "Il est six choses que l’Éternel déteste et sept qu'il a en horreur: les yeux hautains, la langue mensongère, les mains qui répandent le sang innocent; le cœur qui ourdit des desseins pervers, les pieds impatients de courir au mal, le faux témoin qui exhale le mensonge, enfin l'homme qui déchaîne la discorde entre frères." (Voir aussi Deutéronome 12,31; 16,22; Jérémie 44,4; Isaïe 61,8; Zacharie 8,17, et d'autres.)

D.ieu nous enjoint de partager cette haine du mal: Proverbes 8,13: "Craindre l’Éternel, c'est haïr le mal", Psaumes 97,10: "Vous qui aimez D.ieu, haïssez le mal", Amos 5,15: "Haïssez le mal et aimez le bien".

Essentiellement, les perpétrateurs de ces actes sont décrits comme ceux qui haïssent D.ieu (par exemple dans les Dix Commandements - Exode 20,5). Et l’Écriture nous engage à haïr ceux dont il est manifeste qu'ils haïssent D.ieu: Psaumes 139, 21: "Ceux qui te haïssent, D.ieu, je les hais", ibid. 21: "Je les hais d'une haine totale".

Cela est-il contradictoire avec le positivisme prôné par la Torah en général et le 'Hassidisme en particulier?

Tel est l'objet de l'article ci-dessus.

Lisez également:
Les antisémites, ça n’existe pas
D.ieu a-t-Il créé le mal?
Emmanuel Mergui, pour Chabad.org
14 novembre 2013
le texte du Rav parle de haine envers des personnes , il faut distinguer les personnes et leurs actes, des actes peuvent etre odieux, "haissables", mais il ne faut jamais entretenir le sentiment de haine envers des personnes mais au contraire lutter contre ce sentiment

d'abord il faut être "froid" pour combattre efficacement concretement
avoir tout le sang froid et l'indiférrence necessaire pour agir en n'ayant que l'efficacité militaire comme but

ensuite, il faut mener ce combat en pensant toujours à faire en sorte de permettre au "méchant" de revenir
car si l'on n'y pense pas, si on ne pense quà le detruire, alors c'est la que l'on est complice du mal
elisseievna
14 novembre 2013
Houla ! 3
Mais en revanche, quand il s'agit d'haïr ceux qui cherchent à nous détruire, certains disent que la haine est un sentiment négatif? Votre manque de haine vis-à-vis de la haine antisémite terroriste revient à perpétuer l'indifférence, et cette indifférence est une complaisance avec ces ordures qui ne dit pas son nom.

Voilà.
Sylvie Cohen
Paris
14 novembre 2013
Houla ! suite
Mais nous, nous nous gardons bien de riposter de façon efficace parce que nous nous soucions d'eux avant de nous soucier de nous-mêmes. Ils lancent leurs roquettes depuis le toit des écoles et des hopitaux, parce qu'ils ESPERENT qu'un obus israéliens tombera à cet endroit, tuera leurs enfants, pour qu'ils puissent gagner la bataille médiatique. Tout le monde le sait, mais tout le monde joue le jeu.

Ces gens sont innommables et doivent être haïs et rejetés de toutes nos forces. Haïr quelque chose, c'est être dérangé par la chose. Quand il y a des dizaines de milliers de morts au Darfour ou au Sri Lanka, les Français n'en ont strictement rien à faire. C'est à peine s'ils le savent. En revanche, si des terroristes palestiniens parviennent à leurs fins et faire en sorte que la riposte israélienne fasse des dégats collatéraux, là ce sont des cris d'orfraie. La haine des Juifs progresse dans les rues et les cités: pensez-vous ce sont ceux qui "soutiennent ceux qui tuent des enfants arabes".
Sylvie Cohen
Paris
14 novembre 2013
Houla !
elisseievna, seriez-vous en train de nous dire que vous haïssez la haine ? (Je vous cite: "la haine est répugnante et obscène") Comment vous vous en sortez?

Moi, perso, un terroriste qui tue mes enfants parce qu'il les hait, je le hais. Golda Méir a dit: "Il y aura la paix quand les Arabes aimeront leurs propres enfants plus qu'ils ne nous détestent." Elle se trompait. Il y aura la paix quand nous cesserons d'être des pigeons et que nous aimerons NOS enfants plus que nous aimons les enfants de nos ennemis. Eux, leurs enfants, ils les ont fait depuis longtemps passer en pertes et profits. Ils les éduquent à la haine dès le plus jeune âge, exactement comme le faisaient les jeunesses hitlériennes. Ils leur apprennent qu'un bon juif est un juif mort. Ils les forment à la guerre avec nos impôts européens, ils leurs mettent des ceintures d'explosif pour massacrer des innocents qui prennent le bus ou les envoient poignarder des enfants juifs dans leur sommeil. Mais nous, nous nous gardons b
Sylvie Cohen
Paris
14 novembre 2013
la haine est le sentiment qui prépare au mal, si Dieu lui meme ne veut pas la mort du méchant, quel sens a ce bas ressassement à l'idée de le détruire, la haine est répugnante et obscene
je ne suis pas du tout d'accord
elisseievna
france
7 juin 2011
Ma question
L'esprit doit dominer... En pratique, il ne domine pas toujours. Merci pour la réponse, mais même s'il faut détester les terroristes, comment empêcher la haine de prendre le dessus sachant que c'est un sentiment qui peut aisément devenir passionnel. Il me semble que c'est tout simplement impossible de maitriser la haine d'autant plus qu'elle nous apparait comme étant légitime. La haine a conduit bien des hommes à leur perte.
Mariama Linda
Lyon, France