Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Méditations sur la joie

Méditations sur la joie

 Email

La joie est un débordement, une explosion. Quelque chose pénètre la vie de quelqu’un à laquelle rien n’aurait pu le préparer et son être auparavant si policé éclate en chant, danse et joie.

Approchez le Divin avec calcul, et il n’y aura pas de fenêtre pour la joie. Embrassez l’infini au-delà de l’esprit, et laissez la joie vous surprendre.


 Il y a de nombreuses sortes de barrières : celles qui viennent de l’intérieur et celles qui viennent de l’extérieur. Les barrières entre les gens. Les barrières qui vous empêchent de faire de bonnes choses. Les barrières de votre propre esprit et de vos propres hésitations. Il y a les barrières qui existent simplement parce que vous êtes un être limité.

La joie transperce toutes les barrières.


Certaines personnes ont peur de la joie. Elles ont peur que cela dégénère et de perdre le contrôle d’elles-mêmes.

Ces gens n'ont jamais éprouvé de vraie joie, celle qui apparaît lorsque l'on accomplit quelque chose de divin et de beau en y mettant tout son cœur. Le fait est qu'il n'existe rien qui puisse vous élever plus haut que cela. Là où cette joie est présente, la Présence Divine peut entrer. Là où cette joie est présente, il n'y a pas de fossé dans lequel tomber, et tous les obstacles s'évanouissent en fumée.


Le commencement de tous les chemins et le fondement de toutes les élévations est de s’ouvrir pour recevoir d’En-Haut.

Et comment reçoit-on d’En-Haut ? En étant vide, parce qu’un récipient plein ne peut pas recevoir, alors qu’un récipient vide a une cavité à remplir.

C’est pour cela que nous devons fuir la dépression. Parce qu’une personne déprimée est tellement pleine de pitié de soi, qu’il n’y a plus de place pour recevoir quoi que ce soit, ni ouverture pour que la vie puisse rentrer.

Mais un esprit humble et ouvert est vibrant de joie.


La vraie gaieté est la plus grande forme de sacrifice de soi. Là, dans cet état, il n’y a plus de sens de soi, pas même la conscience d’être heureux. La vraie gaieté est quelque part au-delà du « savoir ». Au-delà du soi.

À plus forte raison lorsque vous apportez de la joie aux autres.

par Tzvi Freeman
Extrait des enseignements du Rabbi de Loubavitch ; adapté par Tzvi Freeman.
Illustration par l'artiste 'hassidique Shoshannah Brombacher. Pour voir ou acquérir les œuvres de Mlle Brombacher, cliquez ici
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
5 Commentaires
1000 Caractères restants
attia sarcelles, france 15 février 2013

la joie a cause de cette journée que l' Eternel a faite que notre coeur soit dans la joie et notre langue dans l alégresse. ILy a une tristesse dont on ne repent pas c est la repentance devant D...( la joie c est de pouvoir accéder a une vraie téchouvat cela ne vient pas des hommes mais de D... seulement afin que lui seul soit glorifié ) Reply

Anonymous St. Gratien, France 1 août 2012

La joie Rabbi Nahman de Breslev a dit : le désespoir n'existe pas . Pas facile de comprendre cela dans un monde où le d'espoir est partout , où les dépressions sont très nombreuses ! Mais il a dit aussi qu'Hachem est présent partout dans les hauts comme dans les bas . De fait , il arrive un moment quand le désespoir est le plus fort où le seul recours qui nous reste pour ne pas sombrer totalement est de crier vers Dieu . Alors Hachem nous aide , vient à notre secours et nous sauve . Un appel ou une visite impromptue d'une personne , une pensée qui apparaît ... Ensuite , quand on va mieux , que l'on a décidé d'être heureux , alors on est encore plus aidé en effet , on obtient des réponses , des solutions . Donc on comprend pourquoi le désespoir n'existe pas ! Et que l'on s'est pris la tête pour rien ! Qu'Hachem nous a envoyé cette épreuve pour nous rapprocher de Lui . La Foi seule à mon sens permet la joie , la Foi que tout provient de Lui , et est pour le Bien Reply

Olivier Muller Boulogne-Paris, France via loubavitch-boulogne.com 11 mars 2011

Référence psaume et commentaire Psaume 100:2 Servez l'Eternel, avec joie,Venez avec allégresse en sa présence!

"Ivdou et Hashem beSim'ha", j'ai été voir le verset 2 du psaume 100: c'est un grand et beau principe !!! Il faut l'appliquer dans les périodes "up" (le ratso) mais aussi -et c'est là que c'est dur- dans les périodes "down" (le shov)...
Comme le dit Rabbi Nahman, il faut être "baki beratso vebakibeshov": il faut savoir profiter du vent dans le dos pour s'élever, prendre des forces, etc, aussi bien qu'il faut savoir se préserver, "atterrir en douceur" dans les périodes de découragement, d'échec et dans les moments d'impasse...

(commentaire de mon beau-frère adoré Alexandre Yudkewicz, adepte du Rabbi, Ramat beth Shemech, Israël) Reply

Olivier Muller Boulogne-Paris, France via loubavitch-boulogne.com 11 mars 2011

Référence, citation, et courage finalement. Le mot néga (noun, guimel, aïn) (altération, affection) est une déformation du mot oneg (aïn, noun, guimel) (satisfaction, joie).

Le Rabbin Jean Schwartz commente : Voilà un homme qui au lieu d'être heureux de la vie et satisfait de la société dans laquelle il vit, voit seulement le mal qui s'y trouve tout naturellement, et au lieu d'oeuvrer pour l'amélioration de la société la considère comme incurable et condamnée.
(commentaire de la paracha Tazria, livre lévitique, collection Torat 'haïm du Rabbin Jean Schwartz) ;

- peut être est-ce là le sens de la dépression à combattre ?
- peut être n'est-ce pas si difficile à combattre si on se base sur la subtilité des mots hébreux qui sont très proches, entre "néga" et "oneg" et avec une simple inversion de lettre ? Reply

Anonymous La Seyne sur Mer, France 10 mars 2011

La joie Pour avoir fait l'expérience de la peur, la déprime et .... la joie, oui, la joie vient quand on est vidé de toute autre substance. Etre vide pour que D.ieu nous remplisse car cette joie je ne l'ai trouvée qu'en trouvant D.ieu, en m'abandonnant sans me poser de questions, en oubliant pour me retrouver. Cette joie est une extase très forte, une lumière qui nous irradie et illumine tout ce qui nous touche.
Merci pour cette méditation sur la joie et votre courant de pensées que je partage et j'aime vous lire avant de me coucher ou en me levant. Une douce nuit d'assurée et une excellente journée à vivre. Merci Reply

Cette page en d'autres langues