Contact

Remède kabbalistique pour grosses colères

Remède kabbalistique pour grosses colères

 Email

Question :

J’ai d’énormes problèmes avec mon fils de deux ans. Il pique des crises de colère et devient incontrôlable. Nous sommes désemparés et devenons fous. Existe-t-il une formule kabbalistique pour qu’un enfant se tienne comme il faut ?

Réponse :

Si vous cherchez une incantation magique qui mettra instantanément votre fils au pas, je ne peux rien faire pour vous. En revanche, voici une idée kabbalistique qui contribuera à vous orienter.

La Kabbalah enseigne qu’il existe une relation parent/enfant à l’intérieur de chacun d’entre nous. Dans cette relation, l’intellect est le parent, et l’émotion est l’enfant.

Un bon parent doit avoir toutes les caractéristiques de l’esprit : le calme, la clarté et la cohérenceNos émotions, tout comme les enfants, sont colorées et amusantes, sauvages et inapprivoisées, impulsives et instables. Les émotions ne connaissent pas de limites, n’ont pas le sens de la mesure et ne sont pas raisonnables. Notre cœur peut nous amener à des sommets de plaisir et de bonheur, ou peut nous entraîner dans d’obscurs chemins de confusion et de douleur. Ceci parce que le cœur est plein de vitalité et d’énergie, mais est dénué d’une capacité importante : il n’a pas d’orientation.

Lorsque nous suivons inconsidérément notre cœur, nous nous perdons. Nous pouvons tomber amoureux de la mauvaise personne, nous mettre en colère sans raison valable, ou être effrayés par nos propres fantômes imaginaires. C’est notre esprit qui nous prodigue direction et perspective, éducation et orientation. Un esprit calme et clair peut tranquillement conduire le cœur à ressentir la bonne émotion au bon moment : quand aimer et quand craindre, quand s’exciter et quand se maîtriser.

C’est également vrai quand il s’agit d’être les parents de nos enfants. Un enfant est un paquet d’émotions, spontané et lunatique, passionné et irrationnel. C’est ce qui rend un enfant si adorable, et si impossible. Il n’a pas encore développé l’aptitude de son esprit à diriger son cœur. C’est pourquoi le parent doit assurer l’intérim et jouer le rôle de l’esprit pour l’enfant, pour l’aider à distinguer le bon du mauvais, pour le guider dans la canalisation et le contrôle de ses émotions.

Cela signifie qu’un bon parent doit avoir toutes les caractéristiques de l’esprit : le calme, la clarté et la cohérence. L’enfant n’obéit pas toujours au parent, de même que parfois les émotions sont trop fortes pour pouvoir écouter ce que l’intellect a à dire. Mais même dans ce cas, le message doit être transmis d’une manière claire et calme.

Si votre enfant a des accès de colère, alors il joue bien son rôle. Votre rôle est de garder votre sang-froid et de lui faire savoir que ce qu’il est en train de faire est inacceptable. Cela ne fera pas magiquement cesser ses crises, mais cela lui donnera un modèle de comportement mature : il verra alors que l’esprit contrôle le cœur, comme un parent dirige un enfant.

par Aron Moss
Le Rav Aron Moss est le rabbin de la Nefesh Community à Sydney en Australie et contribue fréquemment à Chabad.org.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
7 Commentaires
1000 Caractères restants
Nava Paris 4 mars 2014

C'est bien que vous restiez anonyme parce que vous avez dit une très grosse bêtise . La violence n'a jamais rien réglé, c'est juste pour vous défouler un bon coup mais dans ce cas là par sur un pauvre petit être dans défense !!! Reply

ouyah corbeil essonnes, france 5 avril 2013

enfant ingerable bonjour j ai des soucis avec mn enfant manque de concentration a l ecole meme a la maison crise de colere refuse de faire la sieste reveil Reply

judas danielle paris, france 1 février 2013

grosse colère Obtenir que l'enfant cesse sa colère par une grosse fessée n'est pas sans dégât. Cet enfant devenu adulte deviendra probablement très autoritaire et voudra obtenir ce qu'il veut par la violence. Je ne pense pas que ce soit une bonne méthode sauf cas très exceptionnel face par exemple à un enfant qui fait du mal à une autre afin qu'il comprenne en effet la douleur physique et encore cela se discute. Et puis donner une fessée chacun sait que l'adulte ne fait cela que lorsqu'il a épuisé sa patience et est lui même hors "raison". Reply

Anonyme Paris, France 10 novembre 2012

Peut être se mettre a leur place pour essayer de savoir pourquoi cette grosse colère ? De me mettre a leurs places a toujours très bien marche pour moi. Reply

Jacqueline Rahali Strasbourg, France 31 octobre 2012

remède kabbalistique pour grosses colères Votre remède est très juste. J'ai un fils qui dans sa petite enfance faisait des colères. Il avait l'habitude, par exemple de se taper la tête contre le plancher dans sa chambre, en hurlant bien entendu. Alors je lui disais: " c'est ça, continue encore plus fort, mais moi je n'aime pas tellement voir ça, alors je quitte la pièce et je te laisse faire tout seul". Ses crises passaient alors très vite. Reply

laurence laubat branceilles , france 5 mai 2012

Remède kabbalistique pour grosses colères Si les très très grosses fessée étaient efficaces cela se saurait. En revanche, explications, affections mais aussi propositions de réparations apportent de meilleurs fruits et font progresser les enfants et les parents!!! Reply

Anonymous nice, france 26 décembre 2011

formule kabbalistique grosse colère bonjour ; la meilleure formule kabbalistique que je connaisse et qui marche à chaque fois , c'est une très très grosse fessée !!!!! Reply

Cette page en d'autres langues