Contact

Le dilemme à 300€

Le dilemme à 300€

Le blues de la console

 Email

Question :

J’ai toujours dit à mon fils de neuf ans que ceux qui travaillent dur vont avancer dans la vie et auront tout ce dont ils ont besoin. Maintenant, j’ai un dilemme. Il y a une nouvelle console de jeux qui coûte 300 €, plus des jeux qui coûtent chacun les yeux de la tête. Son cousin en a une, ses amis en ont une, mais nous n’avons aucune intention de lui en acheter une. Nous n’en avons pas les moyens, et de toute façon ce n’est pas une de nos priorités : il peut occuper son temps avec de bien meilleures choses que des jeux vidéo violents. Mais il se comporte bien, il écoute ce que nous lui disons, il fait des efforts à l’école et il est maintenant effondré à l’idée qu’il a fait tout ce qu’il fallait, mais qu’il ne peut pas avoir ce qu’il désire. Comment puis-je lui expliquer cela ?

Réponse :

C’est une merveilleuse opportunité éducative qui vous est offerte là. Vous avez l’occasion d’enseigner à votre enfant deux principes vitaux : qu’il ne peut pas tout avoir, et qu’il ne peut pas toujours comprendre pourquoi.

Si les enfants pouvaient comprendre toutes les motivations de leurs parents, ils pourraient être eux-mêmes des parentsL’idée que les enfants doivent comprendre la logique qui sous-tend toutes les décisions de leurs parents est ridicule. Si les enfants pouvaient comprendre toutes les motivations de leurs parents, ils pourraient être eux-mêmes des parents. C’est précisément leur incapacité à comprendre pourquoi chaque caprice ne peut pas être satisfait qui fait d’eux des enfants. Le rôle des parents est de fixer des limites, et cela veut dire que, parfois, la réponse est simplement « non ».

Quand un parent fait preuve d’autorité et dit clairement « non », il rend un grand service à son enfant. Parce que celui-ci va apprendre une importante leçon de vie : on n’a pas toujours ce que l’on veut. Parfois cela semble injuste, parfois ça parait totalement arbitraire, mais ça arrive, et ça arrive à tout le monde, à chaque période de la vie : il y a des choses qu’on veut, mais qu’on ne peut pas avoir.

Malheureusement, de nombreux enfants n’apprennent pas cela. Leurs parents leur donnent tout ce qu’ils désirent. Et, quand ils grandissent, ils sont choqués que le reste du monde ne continue pas d’agir ainsi envers eux. Ce sont les adultes qui pensent que leur conjoint, leurs amis, leur pays et D.ieu devraient tous leur donner tout ce qu’ils demandent. Si seulement ils avaient appris dans leur enfance qu’on ne peut pas tout avoir, ils auraient été plus résilients en tant qu’adultes.

Votre fils mérite d’être récompensé pour son bon comportement et son travail, mais cette récompense ne doit pas systématiquement être celle qu’il demande. Ce n’est pas facile, mais il est préférable d’endurer pendant quelques jours la crise d’un enfant déçu que d’avoir un enfant gâté qui restera toute sa vie un enfant gâté. Comme l’a dit le roi Salomon, « Éduque l’enfant selon sa voie, de sorte que, lorsqu’il vieillira, il ne s’en écartera pas. » Aujourd’hui il va être contrarié, mais un jour il vous remerciera.

par Aron Moss
Le Rav Aron Moss est le rabbin de la Nefesh Community à Sydney en Australie et contribue fréquemment à Chabad.org.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
3 Commentaires
1000 Caractères restants
RACHEL Paris 2 octobre 2011

bravoooo!!! je viens de faire lire ce texte à mon fils et maintenant j'espère qu'il comprendra que lorsque j'agis moi même comme ça, ce n'est uniquement que pour son bien et celui de son frère!!! merci!!!! Reply

havva paris 12 septembre 2011

bravo... et merci pour cette leçon de vivants Reply

Anonyme Luxembourg, Lux via lubavitch.lu 5 septembre 2011

degrés du besoin... Il me semble que le vocabulaire employé ici est assez clair...
Les enfants peuvent très bien avoir "tout ce dont ils ont besoin"... mais pas forcément ce dont ils ont "envie" ! C'est en même temps une belle leçon pour l'avenir, d'une part, il est nécessaire de prioriser et de faire la différence entre besoin, nécessaire, utile et envie... agréable mais superflu.
D'autre part, il est bon de garder des rêves inassouvis, des objectifs pour plus tard...
Une autre possibilité, selon l'age, est que l'enfant gagne lui-même de l'argent en faisant des petits boulots et économise pour s'acheter son rêve. Il en vera mieux la valeur. J'ai encore mon premier appareil photo que je me suis offert (500EUR) il y a 30 ans Reply

Cette page en d'autres langues